13 mai 2015

Pic de Behorleguy, 1265 m, depuis Haitzaldeko Borda.





Ascension classique du pic de Behorleguy, fier sommet reconnaissable de Saint-Jean-Pied- de-Port par son profil acéré. De la route menant à Iraty, il montre au contraire une muraille impressionnante. C'est aussi le premier sommet du massif des Arbailles, montagnes sauvages et difficiles d'accès. Bref il attire irrésistiblement tout randonneur étant passé un jour près du massif. 

Des routes de bergers mènent jusqu'à son pied, jusqu'au col d'Aphanice, facilitant à l'excès l'ascension. Pas très intéressant! Ainsi, pour cette randonnée on passera donc par l'autre versant, pour grimper par la muraille de la face sud, on parcourra la crête pour rejoindre Aphanice et son gouffre avant de rebasculer sur le versant sud pour boucler le parcours.


                        DépartHaitzaldeko Borda (742m)Sortir de Garazi (Saint-Jean-Pied-de-
                             Port) direction Iraty. A Saint-Jean-le-Vieux, prendre la route à droite direction 
                             Iraty  toujours. Passer Lecumberry. Après l'auberge "le relais d'Iraty", prendre 
                             la route à gauche "Ahusquy". Suivre la route en laissant toutes
                             les bifurcations secondaires. Passer plusieurs lacets, puis continuer 
                             quelques kilomètres jusqu'à un replat sur la gauche où on peut se garer, près 
                             d'un enclos, d'une borde récente et d'une borde en ruine: Haitzaldeko Borda.

                        Difficulté (voir niveaux de difficultés)
                             Randonneur
                             Rando assez courte, dénivelé moyen, attention cependant, randonnée non 
                             balisée, bien préparer la sortie et éviter la crête en cas de brouillard. 
                             La dernière partie de la crête est plus exposée et risquée mais peut être évitée 
                             par un bon sentier dans la combe versant nord.


                           Durée: 3h30 pauses comprises.

                           Dénivelé: 550 mètres.

Carte du parcours.


🌄🌄🌄


Du parking, prendre le large chemin herbeux qui part vers le bois.


Du départ, la vue sur le pic de Behorleguy.

Suivre le chemin dans le sous bois, à la première intersection prendre le chemin de droite. A noter que même non balisé, le chemin est toujours bien cairné jusqu'au sommet.


Prendre le chemin de droite (petit cairn à l'intersection).

Le chemin s'élève dans le bois, le sol est très humide voire boueux aujourd'hui alors qu'il n'a pas plu depuis un bon moment! On passe une petite clairière, puis près de clôtures en pierres sèches, toujours suivre les cairns. on débouche sur une clairière plus vaste, prendre le chemin large en herbe qui monte le long de la lisière droite de la clairière.


Chemin large à prendre dans la clairière, l'objectif du jour est toujours au loin!

Ce chemin conduit en quelques minutes au col Egurce, 911m, soit 30 minutes après le départ.

J'ai failli reporter la rando car le temps était très bouché sur la plaine, finalement passé 500m d'altitude, grand soleil! Le début de la marche s'est fait au dessus des nuages qui ont eu du mal à se dissiper en bas.


Massif de Gatarre au premier plan, et Hautza tout au fond.


Du col Egurce, prendre à gauche la bonne piste qui conduit à un parc à moutons avec des bâtiments neufs. Traverser les deux barrières pour rejoindre le sentier qui file sur le flanc du Behorleguy et se faufile entre les falaises.

Piste depuis le col Egurce.



Vers le sud, le relief tourmenté du massif des escaliers.



La plaine sous les nuages, superbe!



Suivre le sentier, en prenant toujours la droite aux quelques bifurcations avec des sentiers secondaires. Il est toujours bien tracé, et cairné aux endroits délicats.


Le dénivelé commence à grimper, mais cette succession de lacets jusqu'au col d'Haritxarte est finalement assez facile car progressive.





 Écrin de verdure.


Près du col d'Haritxarte.


On débouche au col d'Haritxarte, 1040m, en 1 heure environ. Col marqué par un grand enclos et une borde.

Le village de Béhorleguy.



Vue vers l'ouest depuis le col, la plaine de Cize.

Les choses sérieuses commencent. Les pentes les plus rudes sont sur cette partie qui permet de rejoindre la crête sommitale.
Du col prendre plein est dans la pente herbeuse entre les deux barres rocheuses.


C'est assez raide!

Après un replat (1150m environ), on s'attaque à un deuxième couloir encore plus raide qui conduit à la crête.


Le replat et le deuxième couloir, entre les barres rocheuses.


Heureusement c'est assez court et on prend pied sur la crête en 20 minutes depuis le col Haritxarte.


Vers l'arrière, les deux couloirs qu'on vient de grimper.



Sur l'arête, suivre le sentier ou les traces qui louvoient entre les rochers. Nécessité de poser un peu les mains pour quelques escalades/désescalades mais sans aucune difficulté.




Le sommet est en vue! Cette pointe rocheuse est le point culminant de la crête, le Pic de Behorleguy, 1265 m.



Croix sur un avant sommet du Behorleguy.



Au loin vers l'est, c'est brumeux, mais la vue porte jusqu'au Pic d'Anie (2504m), et aux sommets de la vallée d'Aspe, encore un peu enneigés.



Vers le nord, la vue est imprenable sur le massif des Arbailles: Zaboze (1178m), Etchecortia (1206m), Ursula (1174m). En contrebas, la route menant au col d'Aphanice.


Panorama du sommet:


La crête est le repaire de colonies de vautours.




Un orchis sureau pourpre.



Après le sommet, continuer à suivre la crête, le sentier passe par des pelouses face sud pour éviter certaines barres rocheuses.


Les dernières parties de l'arête sont plus exposées et abruptes. On peut l'éviter néanmoins: une sente est bien visible dans la combe herbeuse versant nord (à gauche), elle conduit directement aux bordes d'Aphanice.


Ça se complique! La cabane de berger à rejoindre tout en bas à gauche.


D'une manière ou d'une autre, rejoindre le col d'Aphanice, 1040 m. Un enclos simple protège l'accès au gouffre d'Aphanice (panneau explicatif sur une grosse pierre au col), un puits vertical de plus de 500 mètres de profondeur, découvert en 1971 seulement suite à l'effondrement d'une doline.
Il y aurait un puits vertical de 328 m d'un seul tenant, ce qui en ferait une des cheminées les plus profondes du monde. Hum je ne suis pas allé vérifié.


L'entrée du gouffre.


Route d'Ahusquy.


Du col d'Aphanice, suivre la large piste qui va vers le sud, et traverser plusieurs dolines profondes parsemées de rochers en suivant de vastes traces de sentiers.



La cabane de berger devant l'arête de Behorleguy.


Basculer versant sud et continuer tout droit à pleine pente jusqu'à rejoindre un sentier bien tracé vers la droite qui longe le flanc de Behorleguy.


Le sentier de retour est bien tracé, il rejoint le petit col qu'on voit au fond.



Se protéger du soleil.


Egun on!


Passer le petit col en suivant un large chemin horizontal puis descendre une combe qui rejoint directement le col Egurce où on est passé à l'aller.


Col Egurce, au lieu de reprendre le chemin dans les bois, on va rentrer en suivant la petite crête en face. Prendre donc à pleine pente la croupe herbeuse en face, puis suivre la crête jusqu'au parking.



Une sente suit la crête, passe quelques rochers et rejoint le parking, en 25 minutes depuis Egurce, 3h30 en tout pour la boucle, avec la pause déjeuner!



Depuis la plaine, le Behorleguy a fière allure!


Belle randonnée, assez accessible si les conditions sont bonnes, le panorama est grandiose des pics pyrénéens à la Côte Basque, par beau temps, et une vue imprenable sur les Arbailles. Le parcours sur l'arête n'est pas très compliqué et apporte un côté montagnard bienvenu.

🌄🌄🌄


Aucun commentaire:

Publier un commentaire