8 septembre 2015

Pic Hilague, 1337 m.




La Haute-Soule (Xiberoa) offre des paysages qui contrastent avec le Labourd et la Basse-Navarre. On est entre le Pays Basque et le Béarn, les villages se parent de toits d'ardoise, les sommets tutoient les "2000", et les arêtes se font effilées.
Sans aller sur les toits du Pays Basque aujourd'hui, on va faire une belle boucle sur le massif d'Izarbe vers le Pic Hilague, 1337 m, belvédère qui fait face aux sommets et aux canyons (Kakuetta, Ehujarré) striants le massif frontalier souletin.
Randonnée accessible en toute saison sur une bonne piste et sans aucune difficulté, sa longueur (plus de 16 km) l'adresse à des randonneurs endurants. Il faudra ainsi tolérer la descente en lacets interminables vers le parking.

                        Départ: Maison Bordaberry. Prendre la première à gauche dans un virage en
                             sortant du village de Licq (panneaux "moulins"). Passer devant le fameux
                             moulin et suivre toujours la route de droite lorsqu'il y a des intersections.
                             Passer deux petits ponts étroits, et stationner en bord de route sans gêner le
                             passage devant la maison Bordaberry (sur la carte IGN).

                        Difficulté (voir niveaux de difficultés)
                             - Randonneur. 
                             - Randonnée sans difficulté, la piste est toujours très large et nette mais non
                                balisée (nécessite de s'orienter à la carte).
                             - Pente finale d'Hilague herbeuse et un peu exposée, à éviter si herbe humide.

                           Durée: 4h30 pour la boucle.

                           Dénivelé: près de 1000 mètres en cumulé.

Carte du parcours:



Maison Bordaberry, point de départ, remonter la route.



Suivre la route qui serpente de ferme en ferme et prend rapidement du dénivelé.


A la ferme "Escalanpougneo", cul de sac de la route, prendre la piste caillouteuse qui part en virage en épingle à gauche.



Suivre la bonne piste, bordée à cette saison de meules de fougères en cours de séchage.



On dépasse plusieurs croisements, la piste contournant le pied d'Harribeltzeta pour rejoindre la crête ouest.



Au premier croisement (25 minutes de marche), suivre la piste principale à gauche.




Les Arbailles se dévoilent.




Le village de Licq.




Au deuxième croisement (5 minutes plus tard), prendre la piste de droite. La piste de gauche conduit à une ferme (Teinture Borda), elle rejoint aussi la piste de montée mais oblige à enjamber une clôture.



Le Pic d'Orhy (2017m) est le premier sommet à dépasser la barre des 2000 à l'ouest. Il va passer la journée le sommet dans les nuages.




Bourg d'Atherey devant le Chapeau du Gendarme.




Vers la vallée de Larrau et le Pic d'Orhy.




A la dernière intersection, prendre tout droit en face, la piste fait un lacet serré puis part dans les fougères vers un bois.


Traverser le petit bois, la pente est forte à cet endroit, et rejoindre en sortie du sous bois la pente finale qui conduit en 5 minutes au sommet d'Haribeltzeta, 921m, où la vue sur les sommets de la Haute Soule est déjà magnifique. Compter une heure depuis le départ.



Vue sur le parcours de crête à venir, jusqu'au sommet tout au fond: le Pic Hilague.




Bimbaleta (1760 m) et massif Lakartxela (Kartxila, 1979 m).




La chapelle de la Madeleine, 795m, sur les hauteurs de Tardets. 



Panorama depuis Haribeltzeta (cliquez sur la photo):




Troupeau devant Lakhoura.



La suite du parcours jusqu'au sommet, la piste est toujours bien tracée, et on passe au croisement de la descente (possibilité de descendre sans passer par le sommet si les jambes sont trop lourdes, mais on se prive du panorama superbe du sommet!).



La belle blonde!



Petit cayolar ou cabane avant le Pic Losco.



Je suis surveillé.



Continuer à suivre la piste plein est quasi à plat, passer le carrefour de la descente et amorcer la montée finale dans le bois.



Les criquets s'en donnent à cœur joie!



Après deux longs lacets en sous bois, on débouche au col d'Hilague (antenne métallique). Prendre à droite à pleine pente pour accéder au Pic Hilague.
La dernière pente se fait à travers les roches et sur les pentes herbeuses (quelques traces d'animaux) . Une zone est un peu exposée et à éviter si l'herbe est humide.



Sommet en vue!



Du col, la vue est déjà superbe sur les sommets et canyons entaillant la face nord. Ici les Gorges de Kakuetta.


La vue est superbe, des sommets de la vallée d'Aspe (Mailh Massibé, Rocher d'Aran, Pic d'Anie, Trois Rois..) au massif des Arbailles. Ce belvèdere isolé fait face aux sommets de Haute Soule et offre une vue plongeante sur la vallée de Sainte-Engrace. On atteint le sommet en 2h45 depuis Bordaberry.


Panorama Pic Hilague (cliquez sur la photo):




Pic Lakhoura (1877 m) et le joli cirque d'Heile à son pied.



Chardekagagna (1866 m), Otsogorrigaina (1922 m) dans les nuages.



La pointe du Behorleguy (1265 m) plateau d'Aphanice et Hauzkoa.



Gros plan sur les sommets de Haute-Soule (cliquez sur la photo):




Le Pic d'Anie (2504 m) sort enfin des nuages.



La crevasse impressionnante des Gorges de Kakuetta, chouette balade à faire sur un parcours aménagé au fond de la gorge, depuis Sainte-Engrace.



Tardets.



Un petit oiseau très vif que je n'ai pas identifié, si quelqu'un s'y connait..



Après avoir déjeuné et bien profité de ce superbe panorama, retour par le même chemin jusqu'au carrefour croisé à l'aller.



Prendre à droite la piste de descente qui va parcours une forêt puis descendre en de multiples épingles vers Bordaberry. La descente ne présente aucune difficulté mais parait interminable, compter presque 2 heures depuis le sommet du Pic Hilague.

Durant la descente on voit le parcours de l'aller, avec le petit cayolar sur la crête.



Attention il y a une intersection dans le bois, prendre la piste qui continue tout droit, avant d'amorcer les lacets.



J'ai bien fait de partir tôt ce matin, les nuages s'amoncellent sur le Pic Hilague en face.



Une mini vesse de loup!



Rejoindre le parking, en un peu moins de 5 heures en tout.
Belle randonnée, dans un secteur peu couru (je n'ai croisé personne durant tout la randonnée, c'est agréable!).
Un grand merci à Mariano  et son site Topo Pyrénées (voir dans les favoris du blog pour le lien) pour son idée de boucle et son descriptif très précis.



2 commentaires: